J’ai lu | « Quelques minutes après minuit » de Patrick Ness

patrick.

Patrick Ness & Siobhan Dowd
________________

Quelques minutes après minuit
________________

Jeunesse, drame_193 pages _Editions Folio (Junior)

 

 

throwback-thursday-1

Depuis que sa mère a commencé son traitement, Conor, treize ans, redoute la nuit et ses cauchemars. A minuit sept, un monstre vient le voir, qui a l’apparence d’un if gigantesque, quelque chose de très ancien et de sauvage. Mais pour Conor, le vrai cauchemar recommence chaque jour: sa mère lutte en vain contre un cancer, son père est devenu un étranger, et il est harcelé à l’école. Au fil des visites du monstre, l’adolescent comprend que son vrai démon est la vérité, une vérité qui se cache au plus profond de lui, terrifiante.

.

throwback-thursday-8

Après quelques années à être attirée par la plume de Patrick Ness, je suis ravie d’avoir enfin sauté le pas. Acheté vendredi treize, ce livre n’a guère fait long feu dans ma pile à lire car il m’était intriguant et les (très) bons avis dessus m’ont aidé à me jeter dessus au plus vite. 

Dés les premières lignes, j’ai saisi que j’allais adorer ce récit, et c’est le cas. J’ai beaucoup aimé l’écriture de Patrick Ness, certes un peu enfantine, mais adaptée au récit et à l’âge de Conor O’Malley, notre personnage principal. Les descriptions, ni trop peu ni de trop, sont simples et complètes permettant très bien d’imaginer l’histoire. 

Âgé de treize ans, Conor O’Malley est un jeune garçon assez discret et à qui on peut forcément s’identifier et s’attacher. L’amour et la foi qu’il a envers sa maman est juste incroyablement touchant. Il est très débrouillard. L’harcèlement m’a beaucoup agacé, mais était très bien représenté. La maman est une femme extrêmement forte et elle m’a beaucoup rappelé quelqu’un de mon entourage et ce point là, fut très émouvant. Avec la grand-mère, j’ai plutôt ri et j’ai eu beaucoup de mal avec elle et surtout avec la façon dont elle traite Conor. Même si, au fond, je comprends que c’est pour l’aider à s’en sortir, mais le garçon n’a seulement treize ans et n’arrive pas à accepter la disparition de sa mère ; elle aurait dû être plus douce, selon moi. Quant au père, absent, je ne le comprends pas et ne l’aime pas ; qu’il mette Conor en dernier sur le podium alors que celui-ci vit une période très difficile m’a mise hors de moi. S’il ne le fait pas pour son ex-femme, qu’il le fasse au moins pour son fils.

❝ On n’écrit pas sa vie avec des mots. On l’écrit avec des actes.
Ce que tu penses n’est pas important. C’est ce que tu fais qui compte. ❞

Même si l’arrivée du monstre ne présage rien de bon du côté de Conor, j’ai savouré leurs échanges. Le fait que le monstre dise un peu « Je parle, et puis, c’est à ton tour » m’a joliment plu. Comment accepter le décès d’un être cher ? Ce n’est déjà pas facile à tout âge, mais si jeune, c’est encore pire. L’arbre-monstre est d’une aide et une force inexprimable ! 

A vrai dire, ce titre m’a chamboulé car il a touché des sujets bouleversants. Je suis passé par le coeur lourd, les larmes, le passé, le soutien. A la fois poignant, poétique, (très) vrai et réaliste, ce petit récit de moins de deux cents pages a été un véritable coup de coeur ! ♡

 

Publicités

7 réflexions sur “J’ai lu | « Quelques minutes après minuit » de Patrick Ness

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s